17 Oct, 2019

Et si la série de Netflix était la série d'une époque, la série qu'on mérite tout simplement !

Voilà c’est fait, on a ‘binge-watché’ cette saison 3 et on est en mesure de donner un avis, plutôt positif d’ailleurs mais avant cela quelques précautions s’imposent. ST génère des réactions pour le moins contrastées, on a l’impression qu’il est bien difficile de juger sereinement cette série qui cristallise quelques rancoeurs, à tel point qu’avant de rentrer dans le détail, j’ai ressenti le besoin d’écrire ce préambule, comme s’il fallait se justifier d’apprécier cette série ou de s’en excuser à l’avance, mais que se passe-t-il avec Stranger things ?

Mérite t’elle d’être la série phare de Netflix et de figurer dans les listes des meilleures séries jamais produites, probablement pas. Mais force est de constater que Stranger things est une série qui bénéficie de qualités indéniables avec son ambiance, ses personnages charismatiques, un bon casting d’acteurs et une réalisation magnifique.

Oui cette série nous dit des choses et peut être beaucoup plus qu’on voudrait l’entendre.

J’ai ressenti le besoin d’écrire un préambule, comme s’il fallait se justifier d’apprécier cette série ou de s’en excuser à l’avance, mais que se passe t’il avec Stranger things ?

Premier constat, ST est définitivement pensé pour le ‘binge watching’, c’est à dire que tout est fait dans cette série pour le favoriser. Et ça marche, les 8 épisodes s’enchainent comme les 2 autres saisons, on ne voit pas le temps passer. C’est la seule série que je regarde en ‘binge watching’. Il me semble que les auteurs en ont conscience et ne proposeront pas une histoire qui pose les jalons d’une intrigue sur plusieurs saisons comme Lost ou X.Files. ST est clairement pensée comme une anthologie, chaque saison traite un thème avec une histoire écrite pour vous accrocher le temps de la vision. Ce qui lui donne un côté répétitif peut-être, mais rassurez-vous cette 3 ème saison propose un nouvel affrontement entre les habitants d’Hawkins et le fameux upside down, un affrontement, différent des 2 autres saisons, qui pousse le curseur horrifique assez loin, la série est pour les plus de 16 ans, ne pas prendre cet avertissement à la légère, plus que les 2 autres saisons c’est une série pour les adultes.

La série s’inspire de plein de références des années 80, trop pour certains. C’est vrai qu’ils vont loin, encore plus loin que dans les 2 premières saisons, mais ils en font quelque chose et ça n’est pas que gratuit. Encore une fois pas besoin de les connaitre pour apprécier. Par contre cet aspect nuit définitivement à certains personnages qui font les frais de cette surenchère, on a parfois l’impression qu’on leur fait faire des choses pour justifier leurs déguisements. De plus les personnages sont trop nombreux pour tous exister, Lucas et Will en font les frais par exemple. Pour moi l’utilisation de ces multiples citations n’est pas au service d’une nostalgeek creuse et vulgaire. Il faut rappeler que les frères Duffer sont nés en 1984. Ils n’ont finalement pas connu cette époque et sont donc plus dans un exercice de style qui ne puise pas dans des souvenirs. C’est en ça que leur hommage est intéressant car très fantaisiste au final. Ce sont des formalistes qui ne cherchent pas à retrouver quelque chose, c’est une vraie proposition auquel on a droit à travers leur esprit de synthèse. Moi je crois à la sincérité de la fougue qu’ils mettent pour que leur savoir faire soit à la hauteur, même si c’est en allant puiser leur inspiration ailleurs.

 

 

Parmi les points forts de cette saison, certains personnages prennent une ampleur nouvelle, c’est le cas de Steve et Robin qui sont très attachants, idem pour le quatuor formé par Jim Hopper, Joyce et 2 autres personnages dont je tairais les noms. L’humour est très présent et réussi dans cette saison, plus que les 2 autres je trouve. J’aime beaucoup la scène ci-dessous garantie sans spoiler, mine de rien elle propose un regard critique de certaines valeurs de cette époque et je ne me rappelle pas avoir vu ça dans une oeuvre pourtant mieux perçue dans sa gestion de l’hommage aux 80’s comme Super 8.

Faut-il regretter l’absence de développement d’une mythologie autour de l’upside down ? Le côté anthologique de la série ne le permet pas. Et clairement au bout de 3 saisons ils n’ont pas fait avancer d’un iota cette mythologie donc oublions.

La série peut avoir encore suffisamment de souffle pour durer ? Probablement pas, c’est clairement sa limite. Poussée par le succès, une 4 ème saison est déjà en préparation, et ces gamins vont continuer à grandir et affronteront certainement une nouvelle menace incarnée par la scène post générique. Mais en refusant de faire évoluer son format, la série ne peut pas durer au delà de l’entrée dans l’âge adulte de ses acteurs et il serait bon que ses auteurs n’aillent pas au delà d’une ou deux saisons de plus, ce serait le meilleur moyen de montrer que ce sont de vrais créateurs exigeants qui en ont sous le capot et qu’il faudra suivre. On a tendance à oublier qu’ils sont jeunes, à eux de montrer qu’ils ne vont pas se satisfaire de ce premier succès.

Conclusion : Une saison 3 à regarder d'urgence si vous avez déjà vu et aimé les 2 premières. L'essoufflement du concept est avéré mais la qualité d'ensemble vous réserve quelques moments extrêmement jouissifs avec des scènes d'actions et de tension à la réalisation impeccable, le tout porté par une direction artistique magnifique. Et puis il y a l'humour souvent bienvenu qui maintient suffisamment de fraicheur pour garder l'attachement aux personnages intact, et nous embarquer vers une 4 ème saison. Souhaitons quand même que ce soit la dernière pour terminer en beauté.

Banner Content
Tags: ,
Spécialité(s) :

Cinema et Séries

Sujets similaires

Commentaires

Geek Tribes