Dernier né de Benoît Felten, sorti conjointement par John Doe et Black Book Editions, Donjon & Cie vous propose d'incarner un monstre de donjon. Mais attention, il ne s’agit pas du tout de bêtement glander dans une salle à attendre vos futures victimes. Non, ici on incarne un employé du donjon – hiérarchiquement quelque part entre le bas de l’échelle et le paillasson.

Bienvenu dans l’enfer Entrepreneurial

Dernier né de Benoît Felten, sorti conjointement par John Doe et Black Book Editions, Donjon & Cie vous propose d’incarner un monstre de donjon. Mais attention il ne s’agit pas du tout de bêtement glander dans une salle à attendre vos futures victimes. Non, ici on incarne un employé du donjon – hiérarchiquement quelque part entre le bas de léchelle et le paillasson.

Le plus grand des secrets de tous les univers d’héroïc fantasy vous est enfin révélé : les donjons les plus célèbres cachent des sociétés à but très lucratif dont les aventuriers sont à la fois les clients, les ressources et les pigeons. Pour faire tourner une telle industrie il faut des petites mains, dont certaines chargées de la rencontre-clients, devinez qui s’y colle ?

Là, dans les tréfonds du Donjon, personne ne vous entendra égorger des aventuriers.

Mais c’est quoi au juste?

Sur ce concept simple se développe tout un tas d’idées bien trouvées pour vous faire éprouver les merveilles du travail en entreprise, les joies de la délation de collègues, l’épanouissement des dysfonctionnements internes, l’espièglerie du service matériel… Ajoutez à cela les résidents, des créatures stupides ou beaucoup trop puissantes, en quasi élevage dans le donjon. Rajoutez encore des aventuriers parfois beaucoup trop bien équipés pour vous. On se retrouve avec un emploi précaire à durée indéterminée, mais généralement relativement courte (la résurrection coûtant plus cher que le recrutement, la direction a vite choisi).

Résolument de style OSR, tant par l’ambiance que par la mécanique, Donjon & Cie vous entraîne dans la découverte de l’autre côté du manche de la med-fan. L’humour, justement dosé, joue du ridicule des codes sans jamais tomber dans le grotesque .

Matériellement Donjon & Cie c’est déjà un livre de base, l’objet est à couverture rigide avec 160 pages en noir et blanc pour un de format 24x16cm. Les illustrations internes sont de NydentLafée et la couverture de Ségur, ont est bien gâtés. Il contient des règles simples, couvrant la création et la gestion des personnages et du donjon. Une présentation de l’entreprise et des bons conseils pour animer tout ça. Finalement il propose trois scénarios pour vous mettre bien dans le bain, enfin ça c’est pour le MJ, les joueurs eux vont vite être dans la merde… 

Un bon client est un client mort!

Comment ça marche ?

L’aspect règles est un dérivé de Macchiato Monsters d’Eric Nieudan, lui-même inspiré des légendaire Black Hack et White Hack (voilà, c’était l’instant pinaillage du puriste). C’est un système “à l’ancienne”, traduire par “avec un corpus central et que pour le reste tu te démerdes t’es grand”. C’est simple, c’est léger, ça ne s’encombre pas d’inutilités. Caractéristiques identiques au patriarche du jdr (Force, Dex, CON…), dés de vie, niveaux (nommés « ancienneté »)… ce genre de choses bien connues ! Trois mécaniques de jeu le distinguent nettement de papy-donjon.

Déjà, notons l’existence de traits définissant globalement votre perso (fée dépressive, magicien syndiqué, gobelin taquin…) qui vous permettent de bénéficier d’un gros bonus au lancé de dés quand vous parvenez à convaincre le mj qu’ils sont appropriés à la situation.

Ensuite, soulignons que les capacités spéciales et les sortilèges sont en création libre, même s’il existe bien évidemment des outils pour réguler les propositions/bazars/abus des joueurs.

Enfin signalons l’usage du dés d’usure pour quasiment tous les types de ressources (quand j’utilise le truc je lance un dés, sur un jet pourri je diminue le cran du dés, quand j’ai plus de dés j’ai plus de ressource).

``Rebaptisez les ressources vivantes!`` Zardos, employé syndicaliste non mort.

Les trucs pour l’univers !

Le livre de base prend beaucoup de temps pour donner de l’épaisseur au Donjon. C’est clairement l’un des points fort du jeu, c’est inspirant, c’est détaillé et c’est avec les aides de jeu qui le font bien ! Le MJ est armé pour mettre en scène Gégé le relou de la Direction du Trésor, Pascaline la résidente dragonne rouge alcoolique ou Monsieur Noir le sombre et mystérieux Président Directeur Général. On apprécie la description des services de l’entreprise (ses pratiques, ses jours de congés, ses licenciements morbides) autant que les tableaux et conseils pour le faire vivre au quotidien à l’échelle des joueurs.

Un soins spécifique est apporté à l’installation du renversement de paradigme ludique dans l’exploration donjonesque, en clair y a tout ce qu’il faut pour ne pas tomber dans la mission répétitive du massacre de clients dans les couloirs (40 pages, c’est pas survolé en deux conseils hein!).

Enfin trois aventures types sont là pour illustrer les possibilités de missions confiées à de nouvelles recrues. Congé maternité, infiltration elfique et sauvetage de clients sont au programme. Toutes les trois sont en format OSR, on donne au MJ l’état des choses et charge aux joueurs de trouver des solutions.

``L'économat c'est qu'des trou'd'cul! Mais faut pas leur dire...`` Sagesse populaire de grouillot.

Les Secrets excavés indispensable or not ?

Les Secrets excavés est le premier supplément de la gamme, qualifié de “recueil de scénario” il est beaucoup plus que cela ! Il contient les règles avancées (spoil, au-dessus du d10, y a le d12), mais surtout l’ambiance avancée. Bienvenue dans le domaine de l’embrouille, des magouilles internes, des trahisons… en un mot, la cour des grands ! Tout ça est délivré au travers de nombreux scénarios et une petite campagne, c’est prêt à l’emploi, c’est varié, c’est de qualité.

Là est le basculement entre l’incontournable et l’utile. Si vous n’avez pas beaucoup de temps de préparation ou de créativité, Secrets excavés est le parfait supplément. Si vous préférez tout bidouiller à votre table de jeu il sera “juste” une mine d’idées et de ressources de qualité.

Personnellement c’est ce supplément qui m’a permis de bien appréhender la profondeur et les possibilités du jeu. Il ne contient rien qu’un très bon MJ avec beaucoup de temps disponible ne pourra pas faire par lui-même, mais bon là c’est déjà tout prêt.

Le savoir est une arme (entre tes omoplates quand c'est pas tes ognons).

Goodies et autres confiseries qui collent aux doigts…

Pour clore cette présentation voici un petit tour des goodies de la gamme. Je commence forcément par l’Écran du MJ, les écrans c’est mon petit symptôme de collectionnite à moi. Donc à vous de voir en fonction de votre pratique de maîtrise, il est fourni avec des fiches d’aides de jeu bien pratiques, mais clairement pas indispensables. On continue par le Livret d’accueil de huit pages. Avec sa brève présentation pour les joueurs et une fiche de perso. Le genre de goodies pour les collectionneurs ou les MJs fainéants. Ensuite viennent les Aides de jeu, qui contiennent (surprise) des aides de jeu, mais aussi des pré-tirés, des cartes, des plans, des posters… encore un truc de collectionneur mais avec une réelle utilité pour vos parties. Pour finir le traditionnel Étui de rangement qui accompagne souvent les jdrs de BBE, si ludiquement c’est parfaitement inutile, ça reste une valeur sur du piège à collectionneurs (si si on vous connais).

Engagez vous qu'ils disaient !

Un bon jeu qui permet de rire et de réfléchir autour de la table. Il requiert toutefois un meneur débrouillard et des joueurs proactifs pour développer son plein potentiel.

Banner Content
Tags:
Spécialité(s) :

Jdr, youtuberies, trucs et machins!

Dresseur de fourmis. Fondateur de l'Ordre du Saint Mont d'Or. Sculpteur sur glace vanille chocolat.

Sujets similaires

Commentaires

Geek Tribes