25 Oct, 2020

Déjà en manque de composé V ? Après le succès de la première saison, la suite de The boys était attendue avec impatience. Le dernier épisode vient d’être diffusé, de quoi nous permettre de faire une fouille au corps complète (et graveleuse forcément) de cette saison 2. Alors… heureux(se) ? En parallèle du dossier spécial à lire dans le dernier numéro de GEEK magazine, Geektribes vous livre son verdict (sans spoiler)!

La série la plus irrévérencieuse d’Amazon Prime Vidéo vient de clore sa saison 2. Du suspense, de la baston, de l’émotion, du gore et des retournements de situation… le moins qu’on puisse dire est que ce final rempli totalement son contrat. Et parce que la saison 3 est déjà sur rail, on appréciera tout particulièrement le fait que le dernier épisode ne finisse pas par un cliffhanger sadique à nous donner envie d’inventer de nouveaux jurons. La série a beau aimer les enfoirés, elle se la joue réglo et répond à toutes les questions soulevées pendant la saison. En gros, si la série devait s’arrêter là, ce serait une fin satisfaisante et ça fait du bien. Car la série le mérite…

La saison 2 avait fort à faire pour ne pas décevoir et conserver toute son insolence.

Dans les épisodes précédents

Un an plus tôt, la saison 1 de The boys avait secoué le catalogue Amazon comme un tube entier de sauce harissa versé dans la gentille soupe de votre mamie (vous savez, celle avec les petites pâtes en forme de lettres ?). Fini les histoires de super-héros grand public et politiquement correctes. À l’arrivée, si certains téléspectateurs ont peut-être eu la nausée, une grande majorité a plutôt apprécié le pavé jeté dans la marre. La saison 2 avait donc fort à faire pour continuer de surprendre, ne pas décevoir son public et conserver toute son insolence.

Le spectateur dépucelé par la saison 1 est désormais plus difficile à surprendre

Certes, il y a immédiatement eu des grincements de dents du fait qu’Amazon ne livre qu’un épisode par semaine. Pour notre part, on ne s’est pas arrêté à ça et, très franchement, on trouve que la saison 2 de The Boys est un bon divertissement, de qualité, aussi bien au niveau de la réalisation que du scénario. Elle est également servie par un excellent casting. En particulier, Antony Starr qui, dans le rôle du Protecteur, arrive toujours en un regard psychopate à nous faire flipper. Mais surtout, la façon que la série a de s’attaquer à tous les maux de notre temps (les réseaux sociaux, le star system, l’Amérique de Trump, le racisme et la xénophobie…) est juste jouissif.

Verdict

À l’arrivée, bien sûr le spectateur dépucelé par la saison 1 est désormais plus difficile à surprendre. Bien sûr, les lecteurs du comic dont la série s’inspire vont grogner (comme le chien de Butcher) que la série est édulcorée par rapport à l’original. Mais comme le dit si bien le showrunner Eric Kripke dans l’interview qu’il a accordé au magazine GEEK : « Maintenant que la première saison a vendu l’univers et les personnages, on peut tenter d’explorer plus en détails les choses. On cherche à aller plus en profondeur ». Bref, oui la série a pris son temps sur les premiers épisodes et ça a peut-être été déstabilisant pour certains spectateurs. Mais dans le paysage audiovisuel actuel, la série est juste un putain de bon divertissement, efficace et addictif.

Encore moins de tabou, toujours autant de gore et de violence (combien d’épisodes à se dire « Non ! Ils n’ont pas osé ?!! »). Peut-être est-ce parfois trop gratuit, mais le manque de subtilité est aussi un peu la marque de fabrique de la série. En tout cas, pour notre part, nous avons trouvé qu’elle arrivait à renouveler l’intérêt, à être prenante, à développer ses personnages de façon intéressante. Et puis comment ne pas tirer son chapeau à une série qui arrive à faire en sorte de nous faire fustiger un personnage de vrai salopard pour, quelques secondes après, nous faire presque nous attendrir pour lui.. Presque, hein ? Faut pas non plus déc…

 

Pour aller plus loin : lisez le dossier spécial dans le dernier numéro de GEEK magazine disponible en kiosque et sur notre shop, avec l’interview exclusive du showrunner Eric Kripke.

Banner Content
Tags: , ,
Spécialité(s) :

Tourisme, séries, cinéma, manga, animation, littérature, expositions...

Cinéphile, sérivore, bibliophile et passionnée de photographie, Marie Carbonnier aime suivre l'actualité des expositions ou événements geek-friendly. Globe-trotteuse et passionnée du Japon, elle s'occupe de la rubrique tourisme du magazine Geek et écrit également pour le magazine Coyote.

Sujets similaires

Commentaires

Geek Tribes