17 Avr, 2021

Les robots savent déjà réaliser nombre de tâches complexes à distance de l'opérateur qui le dirige , mais c’est bien la première fois qu’un robot se transforme en tatoueur !

C’est un coup marketing, mais l’expérience n’en demeure pas moins innovante, et la prouesse technique est admirable. La société de télécommunications T-Mobile Netherlands a proposé à Stijn Fransen, une personnalité de la télévision néerlandaise, de se faire tatouer à distance par un vrai tatoueur via le biais d’un robot connecté au réseau 5G, celui de l’opérateur qui finance cette démonstration en l’occurrence.

Nous ne connaissons pas le coût financier de cette campagne publicitaire… Mais il a quand même fallu construire un robot spécifique ! Réalisé par Noel Drew, un technologue anglais, il a demandé plusieurs semaines de réalisation.  Mais également de nombreux tests pour parfaire le mécanisme et la réponse du robot. Les gestes du robot reproduisent à l’identique ceux du tatoueur situé plus loin.

Le bras robotique a ainsi été testé à maintes reprises sur des fruits et légumes. Pour Noel Drew, la mise au point de la machine à tatouage a été particulièrement éprouvante : « Nous avons dû mettre au point une sorte de système mécanique de distribution de l’encre à l’aiguille pour le robot, car tremper l’aiguille à chaque fois [dans l’encre] aurait été un cauchemar. La façon dont les tatoueurs étirent la peau dans différentes directions avant d’appliquer l’aiguille en fonction de la partie du dessin sur laquelle ils travaillent a constitué un autre défi. » a-t-il expliqué dans les lignes de PC Mag.

Drew déclare que l’ensemble du système fonctionne sur un logiciel développé sur mesure, écrit en C++, qui s’est également chargé de la numérisation à partir du capteur Kinect et a géré les décalages introduits. Le logiciel en question a été développé par Seph Li, un artiste et programmeur londonien. Le reste relève du travail acharné de Drew.

Concernant le suivi optique, il a opté pour un stylet 3D, et a développé un support qui lui a permis de monter la machine à tatouer sur le stylet, positionné de façon perpendiculaire à l’aiguille. « Tant que nous savions où le stylet pensait que sa pointe se trouvait, et que nous connaissions le décalage vectoriel et l’orientation de la pointe de l’aiguille, nous étions en mesure de suivre la machine », explique Drew.

The Impossible Tattoo reste une démonstration des possibilités d’usages s’offrant à nous avec la 5G, qui devrait booster les possibilités dans plusieurs domaines comme l’e-santé, la mobilité ou encore la production industrielle.

Sources PC Mag

Banner Content
Tags: ,
Spécialité(s) :

Littérature, séries, cinéma, pop culture

Sujets similaires

Commentaires

Geek Tribes