5 Oct, 2022

Si vous entendez dire qu’il n’y a rien au cinéma, c’est généralement faux. Et parmi les choses magnifiques à voir en ce moment, il y a Memories un film d’animation de 1995 qui vient de ressortir sur nos écrans !

Memories n’est pas à proprement parler un long métrage, puisqu’il regroupe trois courts métrages d’animation imaginés et conçus sous la supervision de Katsuhiro Otomo, le génial réalisateur de Akira, Steamboy, et bien d’autres. Ce n’est pas la première fois que Otomo se prête à l’exercice, puisque Robot Carnival ou Manie Manie avaient pris la même forme. Memories remportera en 1995 le prix Noburo Ofuji, et vous pouvez aller voir ici la liste des œuvres récompensées au fil des années, il y a du beau linge !

Magnetic Rose

Pour revenir à Memories, le premier segment réalisé par Koji Morimoto dure 44 minutes et s’intitule Magnetic Rose, dans lequel une équipe d’éboueurs spatiaux reçoivent le signal de détresse d’un vaisseau. Convenant aux règles spatiales internationales, ils cessent toute activité pour aller à la rescousse des malheureux, et tombent sur un secteur perdu au milieu de l’espace, où les fluctuations magnétiques sont étrangement puissantes. Un segment truffé de références, d’une créativité graphique exceptionnelle, mais aussi d’une grande poésie, et des moments de tension, que l’on doit probablement en partie à l’intervention de Satoshi Kon au scénario et à la direction artistique.

Stink Bomb

Le deuxième segment, réalisé par Tensai Okamura, fait quant à lui 40 minutes et s’intitule Stink Bomb. Cette fois, on retourne sur Terre, dans un univers bourré d’humour très noir, dans les laboratoires d’une firme qui expérimente secrètement pour le gouvernement. On suit un personnage innocent et maladroit pris dans une tempête d’ennuis, et qui va tout faire pour… survivre. Le tout dans un rythme déjanté, pour porter finalement une critique assez sévère de l’influence des gouvernements sur les populations. Heureusement, il y a une morale à toute cette histoire !

Cannon Fodder

Le troisième et dernier segment sera le plus court, avec 20 minutes, et sera cette fois réalisé par Katsuhiro Otomo : Cannon Fodder. Le style graphique est particulièrement prenant, et expérimente les capacités de la CGI de l’époque, mêlée à une animation traditionnelle qui rappellera sans doute à certains les grands moments de l’animation française du siècle dernier ! Dans cette histoire, on suit la journée d’un petit garçon, acquis cœurs et âme à la cause d’un régime totalitaire dont on ne sait que peu de choses : il tire de gros obus.

Les trois segments résolument différents les uns des autres peignent ensemble un tableau tout en nuances en s’attachant à différents aspects de l’humanité, et ce qui en fait toute la diversité, pour le meilleur et pour le pire. Une expérience comme celles qu’on aime vivre au cinéma !

Banner Content
Tags: , , , , , ,
Spécialité(s) :

Science-fiction - cinéma - littérature

Auteur de récits de science-fiction et d'aventure, Sylvain Nawrocki surveille essentiellement les actualités technologie, cinéma et littérature. Vous pouvez retrouver ses récits sur Amazon et quelques nouvelles sur son site : www.memoires-des-titans.fr

Sujets similaires

Commentaires

Geek Tribes