Pour la sortie du nouveau Geek magazine, l'équipe décadenasse une partie d'un de ses articles afin de vous laisser jeter un rapide coup d'oeil !

Au milieu des différents changements du MCU, Thor est encore et toujours un personnage de premier plan. Et tandis que l’on annonçait clairement une évolution des aventures du personnage à la fin de la phase précédente, Thor, Love and Thunder rend encore un peu plus concret ce que l’on pouvait envisager, à travers le regard acidulé de Taika Waititi, déjà aux manettes sur Thor : Ragnarok. Nous avons pu nous entretenir avec lui au sujet de Thor, Love and Thunder, dans un entretien en deux parties, l’une d’elles se trouvant dans les pages de Geek Magazine, et l’autre que voici !

Comment votre traitement de l’humour a-t-il évolué entre Thor Ragnarok et ce nouvel opus ?

C’est le même type d’humour, parce que nous avions envie que ce film soit plus marrant que le précédent – nous avons coupé plus d’une centaine de vannes du montage par manque de temps et de place pour elles – mais en préservant aussi des moments où l’on se concentre sur les aspects émouvants du récit et l’évolution de la relation amoureuse entre Thor et Jane. Nous ne voulions pas donner l’impression qu’il s’agit d’une intrigue secondaire, mais la placer nettement en avant. D’ailleurs toutes les trames narratives du film sont liées d’une manière ou d’une autre au thème de l’amour. La comédie joue toujours un rôle important, mais il fallait que l’on se mette à la place de Thor et que l’on comprenne ses peines et ses sentiments qui le rendent aussi vulnérable qu’un humain… Oh zut, en m’écoutant parler, je me rends compte que cette description du film donne l’impression qu’il s’agit d’un drame déprimant ! Mais ce n’est pas le cas ! (rires)

Votre travail d’adaptation de Thor repose aussi sur l’évocation d’images iconiques des comics, et sur des cadrages et des éclairages stylisés, tout particulièrement dans le traitement visuel du domaine des Ombres. Comment avez-vous conçu ces séquences-là ?

Elles se déroulent sur une lune, donc déjà dans un environnement gris et stérile, sans couleur. Et comme j’aime beaucoup les BDs en noir et blanc, et la force graphique que ça leur donne, je me suis dit que ce serait drôle et inattendu de présenter une séquence entière en noir et blanc dans un blockbuster Marvel très coloré, dont on croit qu’il va rester dans la lignée très “Jack Kirby” du précédent ! On a promis aux fans un spectacle encore plus délirant, plus chatoyant. Et leur présenter soudain 25 minutes en noir et blanc m’amusait beaucoup ! (rires) J’ai pensé que c’était un bon moyen de nous obliger à créer une esthétique originale pour ces environnements, et que cela nous permettrait de surprendre les spectateurs. Je suis très content du résultat. L’aspect de ces scènes est vraiment cool.

Ce film est aussi l’occasion d’un double retour : celui de Christian Bale dans un film de super-héros, et de Natalie Portman dans la franchise Thor. Comment les avez-vous convaincus de participer à ce projet ?

Je ne savais pas si Christian Bale allait être intéressé par une proposition de ce genre, et pour ne rien vous cacher je pensais qu’il allait refuser justement parce qu’il s’agissait d’un film de super-héros. Mais je pense qu’il a apprécié l’histoire de Gorr. Et par chance, comme ses enfants avaient aimé Thor : Ragnarok, je crois qu’ils ont été beaucoup plus persuasifs que moi ! En ce qui concerne Natalie, tout le monde avait envie qu’elle revienne, et les fans nous demandaient souvent si cela allait arriver. Comme nous avions envie que cette nouvelle histoire soit largement consacrée à l’amour, il était logique que nous lui proposions de revenir. Nous ne disposions que de deux heures pour raconter beaucoup de choses, et nous n’avions donc clairement pas le temps de présenter une nouvelle héroïne qui pourrait générer un arc émotionnel aussi complet que celui de Jane avec Thor. Dans le contexte de ce récit, Jane et Thor ne passent que trois jours ensemble, mais c’est suffisant pour qu’ils se rendent compte que leurs sentiments sont toujours aussi profonds et qu’ils imaginent à nouveau de vivre ensemble pour le restant de leurs jours. La présence de Jane était indispensable, car elle a toujours été là, dans les comics comme dans les films du MCU. Et cette fois, cela prend une signification inédite, puisque Jane devient une super-héroïne. Grâce à cela, Natalie a pu faire des choses nouvelles et participer à des scènes d’action intense en jouant une femme puissante, courageuse et cool, qui n’a rien à envier à Thor quand ils combattent côte à côte. Elle semble même être plus forte que lui, si vous observez attentivement ses exploits pendant les batailles ! Je pense que c’était vraiment la décision qui s’imposait pour ce film.

Comme dans Ragnarok, on apprécie beaucoup la manière dont vous permettez à Chris Hemsworth de briller en utilisant ses talents comiques et son sens de l’improvisation dans Thor, Love and Thunder. Pouvez-vous nous parler de ses contributions en tant que partenaire créatif pendant l’écriture du script, le tournage puis le montage du film ?

Chris est très impliqué dans toutes les étapes que vous avez citées. Il sait analyser finement la trame narrative d’un scénario et voir ce qui va plaire ou pas au public. Il pense toujours à ce que les spectateurs vont découvrir, ressentir et penser pendant le film. C’est un talent très particulier, assez rare chez les acteurs, car généralement ils considèrent surtout la manière dont leur personnage est traité dans le script, sans avoir forcément une vision d’ensemble du projet. Chris essaie toujours de garder à l’esprit ces moments qui nous ont fait vibrer quand nous étions enfants et que nous découvrions un film marquant au cinéma. Il se souvient bien de cet enthousiame qui vous submergeait et qui vous donnait envie de bondir de joie sur votre fauteuil ! Ses remarques et suggestions sont toujours pertinentes et utiles. Il nous a été d’une grande aide tout au long de la création du film. Depuis l’écriture du script jusqu’aux différentes étapes du montage, il m’a toujours fait passer des notes avec des observations extrêmement judicieuses. Chris est l’un des partenaires majeurs de ce film.

Propos recueillis et traduits par Pascal Pinteau

Retrouvez le reste de notre entretien dans le Geek Magazine de la rentrée 2022 !

Banner Content

Commentaires

Geek Tribes