30 Nov, 2023
Banner Content

Auteur prolifique de bande dessinée qui a à son actif un magnifique parcours, Didier tarquin aime la pop culture et elle lui rend bien. À l'occasion de la sortie du nouveau geek magazine où Monsieur Tarquin a accepté de faire notre couverture sur le thème du dernier avatar, nous ne pouvions pas résister à l'envi d'interviewer l'artiste et Lyse sa coloriste. Enjoy !

Geek Magazine: Pouvez-vous nous raconter quel lien vous entretenez avec notre magazine ?

Didier Tarquin: J’ai aujourd’hui une cinquantaine d’années, ça veut dire que j’étais ado pendant les
années 80, époque où pour trouver de la bonne nourriture pour geek, il fallait
nécessairement passer régulièrement à son kiosque à journaux préféré pour trouver son
Métal Hurlant ou son Starfix. Plusieurs décennies plus tard, mes habitudes n’ont toujours
pas changé. C’est comme ça que je suis tombé un jour sur Geek Magazine. La
mayonnaise a tout de suite pris. Enfin un mag qui parle geek sans cet accent
insupportable de « geek c’est mode ! ».
Depuis, je le suis assidûment. Ce qui m’y plaît le plus, c’est cette possibilité de pouvoir lire
une rubrique pointue sur un domaine que je ne connais pas sans me sentir largué par un
jargon ultra puriste.

« La pop culture dit des choses de nous, et elle est aussi un très
bon canal pour passer des messages. »

GM: Quel genre de geek êtes-vous ?

DT: Je le disais plus haut, je suis né geek dans les années 80. Je me suis donc intéressé
autant à la musique qu’au cinéma, à la BD et aux jeux vidéo. Il y avait beaucoup de
passerelles entre ces divers médias. J’ai donc papillonné dans toute cette pop culture. Je
me suis intéressé à pas mal de choses, mais je ne suis pas un geek hardcore. C’est clair
que je pense comme un geek, mes réflexions sur le monde qui nous entoure m’amènent
des histoires, et les histoires que j’imagine sont une forme de réflexion sur ce même
monde. La pop culture dit des choses de nous, et elle est aussi un très bon canal pour
passer des messages.

GM: Quelle technique avez-vous employée pour dessiner cette couverture exclusive
pour notre numéro 41, et pourquoi le choix de ce personnage ?

DT: La même technique que j’utilise pour mes planches de BD ; encre de Chine sur papier, le
tout posé sur une table de bistrot avec un café non sucré. Et pour le choix du sujet, vu
l’actu, il fallait obligatoirement dessiner du Avatar. Mais j’avais envie de laisser faire la
main, de dessiner uniquement d’après ce que j’avais ressenti à la vision de ce film,
d’après mes souvenirs.

GM: Lyse pouvez-vous nous expliquer comment vous travaillez la couleur sur un dessin
de Didier ?

Lyse Tarquin: J’ai commencé à la main, mais depuis plusieurs années maintenant je travaille à
l’ordinateur. Il faut savoir que quand Didier me fournit un dessin à mettre en couleur je dois
d’abord le regarder de très près, et voir s’il n’y a rien à éventuellement retoucher. Ses
dessins ne sont pas figés dans le marbre. Je l’aide à penser son dessin et, il m’aide à
penser mes couleurs. C’est notre manière de travailler.
Sur cette couverture, je n’ai pas eu à réfléchir bien longtemps quant au choix de la
gamme. Penser à Avatar, c’est forcément voir du bleu. Je voulais vraiment que cette
couleur soit omniprésente afin que les quelques touches plus chaudes prennent toute leur
importance. Ici, l’œil, les plumes et la lance, qui résument ce que sont les Na’vis ; des
tribus proches de la nature déterminées à se battre jusqu’au bout. Une fois que je sais ce
que doivent dégager mes couleurs, le reste suit naturellement. Mon petit plaisir : rajouter
les petites taches luminescentes sur sa peau. J’avais adoré la place de la
bioluminescence dans le premier film.

GM: Avatar 2 vient de sortir, quelle place tient le premier film dans votre imaginaire et
avez-vous des attentes sur ce second opus ?

DT: Le danger c’est précisément d’avoir des attentes. Il faut rester l’esprit le plus ouvert
possible (ce qui ne veut pas dire tout accepter pour autant). Ado j’ai adoré Star Wars,
pourtant aucun de ces films n’est un chef-d’œuvre… mais on s’en cogne, le tour de
manège est trop cool ! On verra bien. En attendant, ça fait sacrément du bien de retrouver
ce genre de film au cinéma après tous ces mois de Netflix forcé à la maison.

GM: Didier, pouvez-vous nous dire quel a été votre dernier livre, votre dernier film, BD et
jeu que vous conseilleriez ?

DT: En BD, le 1629 de Dorison et Montaigne, en série avec du retard, Carnival Row, et en
film… c’est pas nouveau, mais j’ai très envie de me revoir pour la vingt-quatrième fois Le
Bon, la Brute, et le Truand.

Retrouvez le dernier numéro de geek magazine avec la couverture de Didier tarquin sur notre shop ICI

Banner Content
Spécialité(s) :

Rédacteur en chef adjoint à Geek Magazine, Responsable de publication web pour Geektribes.fr, également spécialiste Littérature, séries, cinéma, pop culture, Jeux de Rôles, jeux de sociétés (et figurines), high-tech, réseaux sociaux community manager.

Commentaires

Geek Tribes