17 Jan, 2020

La magnifique exposition consacrée à J.R.R. Tolkien à la BNF est l’occasion de mettre en lumière des ouvrages moins connus de l’auteur du Seigneur des anneaux, à l’instar de ces Lettres du père Noël réunies dans une superbe édition Pocket. Un livre enchanteur qui met en lumière à la fois l’homme et l’écrivain qu’était Tolkien…

Si vous ne vous êtes pas déjà rendu à la superbe exposition Tolkien organisée par la BNF, courrez-y… mais en sachant néanmoins prendre votre temps une fois sur place! L’exposition étant plutôt dense, selon l’amour que vous portez aux vieux papiers, vous pourriez en effet être tenté d’accélérer le pas vers la fin de ce voyage au cœur des manuscrits de l’auteur. Ce serait regrettable, car vous risqueriez de passer à côté des lettres du Père Noël que J.R.R. Tolkien écrivait à ses enfants.

De 1920 à 1943, l’écrivain a en effet dessiné et rédigé des courriers à ses quatre enfants au moment des fêtes. Ils apparaissaient directement dans la maison le jour de Noël ou étaient apportés par le facteur. La toute première lettre est apparue après que le fils aîné de l’écrivain lui ait demandé comment était le lieu où vivait le Père Noël. Qui de mieux pour lui répondre que l’intéressé ?

Au fil des courriers, Tolkien développa toute une mythologie...

Tel un acteur, Tolkien s’imprégna donc de son personnage et adopta une écriture tremblotante (Bah oui, le Père Noël est très vieux !). Point de Mère Noël à ses côtés, mais un assistant en la personne d’un grand ours polaire, maladroit et gaffeur. Ce dernier glisse souvent des commentaires très drôles au sein des lettres du Père Noël. On sait tout de suite que c’est lui qui écrit car, du fait qu’il ait de grosses pattes, ses lettres sont très grandes, à l’apparence runiques, pour ne pas dire elfiques.

Au fil des courriers, Tolkien développa toute une mythologie et des aventures autour du Père Noël et de son acolyte. Gnomes, elfes des neiges, homme de la lune, elfes rouge et vert… le bestiaire n’aura de cesse de s’agrandir d’année en année. Un noël, on apprend ainsi que les gobelins sont venus piquer les cadeaux de Noël, mais que le Père Noël et le grand ours ont heureusement réussi à les récupérer, au prix d’un combat épique. Par contre, le Père Noël mettra en garde les enfants de Tolkien : certains cadeaux sentiront peut-être le gobelin !

En définitive, ces courriers se lisent comme un conte et fait retomber en enfance, quand ils ne donnent pas envie, quand on est parent, d’avoir le talent de Tolkien pour en faire de même avec ses propres enfants. Mais ce recueil ne nous enseigne pas uniquement quel père attentionné et aimant il était pour ses enfants, il nous apprend aussi beaucoup sur l’écrivain et ses méthodes de travail. On retrouve en effet dans ces lettres ce souci de précision frôlant la maniaquerie qui a donné naissance au Seigneur des anneaux. L’auteur a poussé le détail de ses lettres jusqu’à dessiner des timbres de la poste polaire sur les enveloppes. De même qu’il a inventé différentes langues pour les habitants de la Terre du milieu, il a également créé un alphabet polaire. L’une des lettres contient ainsi un message dans un mystérieux alphabet des gobelins que les enfants de Tolkien ont sans doute essayé de décrypter.

L’immersion dans l’univers magique de Tolkien est totale grâce à l’édition Pocket qui met joliment en valeur son travail. Le format du livre est plus grand que celui auquel on est accoutumé en poche, le papier épais et les reproductions des lettres et dessins en couleurs, accompagnées d’une traduction efficace. On ne saurait donc trop recommander de glisser ce « précieux » au pied du sapin…

Lettres du Père Noël, J.R.R. Tolkien, Editions Pocket, 8,40€

Banner Content
Spécialité(s) :

Tourisme, séries, cinéma, manga, animation, littérature, expositions...

Cinéphile, sérivore, bibliophile et passionnée de photographie, Marie Carbonnier aime suivre l'actualité des expositions ou événements geek-friendly. Globe-trotteuse et passionnée du Japon, elle s'occupe de la rubrique tourisme du magazine Geek et écrit également pour le magazine Coyote.

Commentaires

Geek Tribes