En juin 2018, Netflix annonçait la sortie de romans en lien avec la série, dans le but de former des préquels concentrées sur le passé de certains personnages emblématiques.

La genèse des antépisodes

Avant même la création du programme, les scénaristes et producteurs Ross et Matt Duffer avaient déjà écrit un livre sur le monde à l’envers, afin de poser les bases de leur vision pour ce nouvel univers. Il servira naturellement de fondement pour les auteurs qui auront la lourde tâche d’apporter un background aux principaux protagonistes de la série. Parus en France chez Lumen en 2019, les deux premiers tomes Stranger Things : Suspicious Minds et Stranger Things : Darkness on the Edge of Town, reviennent en librairie au format poche début juin 2022.

Pour nos lecteurs qui n’ont pas eu la chance de se plonger dans le phénomène, voici un rapide résumé de l’univers de la série :

Un soir de novembre 1983 à Hawkins, dans l’Indiana, après une partie de Donjons & Dragons avec ses amis de toujours, le jeune Will Byers âgé de douze ans, disparaît brusquement, et l’on ne retrouve que son vélo, abandonné sur le bord de la route. Sa mère, Joyce, est totalement effondrée, et remue ciel et terre pour retrouver son fils, tandis que le chef de la police Jim Hopper mène l’enquête. Les amis de Will aussi se lancent à sa recherche, d’abord menés par Mike Wheeler, puis par Eleven – Onze en version française – une jeune fille mystérieuse ayant des pouvoirs psychiques, qui va vite devenir le personnage central de la série. En toile de fond, la ville devient le théâtre de phénomènes surnaturels liés au Laboratoire national de Hawkins. Cette institution s’avère être gérée par le Département de l’Énergie des États-Unis, le DoE, mais aussi… par la CIA, qui a mené des expériences dans le cadre d’un projet secret appelé MK-Ultra. De fil en aiguille, il semble que la disparition de Will ait un lien avec tous ces événements.

Véritable ode aux films et à la littérature des années 1980, la série multiplie les clins d’œil à Steven Spielberg, Stephen King mais également HP lovecraft… La liste est longue et les références sont multiples. L’intrigue s’étale sur plusieurs années, entre 1983 et 1986, avec ce qui fait le cachet de cette série : un soin tout particulier au respect des codes graphiques, vestimentaires et musicaux de l’époque. Lorsque Les frères Duffer ont commencé à travailler sur Stranger Things, ils avaient deux idées en tête. Raconter l’histoire de la disparition paranormale d’un jeune garçon, mais aussi revisiter les expériences secrètes conduites par le gouvernement américain à la fin de la Guerre froide. Ils se sont notamment inspirés du projet MK-Ultra, un programme expérimental illégal, développé entre 1953 et 1973, qui visait à affaiblir la volonté humaine pour obtenir des aveux. Ce n’est que dans un second temps qu’ils ont songé à rendre hommage aux films de leur enfance. Ainsi avec cette volonté de revenir aux origines de leur vision pour cet univers, Netflix a sorti cette première trilogie littéraire basé sur l’histoire des personnages, en mettant de côté l’aspect fantastique de la série.

Les origines

Avec ce premier tome nous allons faire connaissance et suivre les aventures de Terry Ives, la mère de Onze. Le projet MK-Ultra sera au cœur de l’intrigue et répondra à  beaucoup de questions soulevées dans la saison 2. En pleine période de la guerre du Vietnam, Terry est étudiante sur un campus universitaire de l’Indiana. Elle apprend par hasard qu’une étude gouvernementale menée dans la ville de Hopkins cherche de nouveaux cobayes, et dès lors, elle s’embarquera dans une aventure qui changera sa vie à jamais. Les intrigues vont vite prendre le dessus dans cette histoire où rien n’est vraiment ce qu’il semble être. Terry pétrie de convictions idéalistes va mener l’enquête et chercher à découvrir ce que cache l’inquiétant Docteur Brenner et son étude controversée menée à coup de substances hallucinogènes par ses mystérieux chercheurs. Pour l’accompagner dans sa quête de vérité, elle sera épaulée par les autres cobayes devenus ses amis et compagnons d’arme, ainsi qu’une jeune fille aux pouvoirs énigmatiques dont le nom est un simple chiffre, Huit. Programme de manipulation mentale, guerre des nerfs et machination inextricable, Terry essayera de découvrir l’ampleur de la conspiration qui dépasse tout ce qu’elle aurait pu imaginer derrière les murs du laboratoire d’Hopkins. Une guerre psychologique se déroulera entre Terry et le docteur Brenner dont le champ de bataille n’est autre que le cerveau humain. Un roman qui lèvera le voile sur la genèse de la série,  et toutes les questions que vous auriez pu vous poser sur l’arrivée de Onze dans ce programme expérimental.

Flashback sous le sapin

Le tome 2 se concentre sur le shérif Jim Hopper, chef de la police d’Hawkins. Après Onze, il est sûrement l’un des personnages les plus appréciés du public. Bourru et grincheux mais avec un grand sens aigu de la justice, il prête rapidement attention aux étranges phénomènes qui se déroulent dans sa ville,  et vient en aide à la famille Byers dont le plus jeune garçon a disparu, de même que Onze, qui essaie d’échapper au Docteur Brenner et ses sordides expériences. Hopper se prendra rapidement d’affection pour la jeune fille et ainsi tentera de combler le vide affectif laissé par la mort de sa propre fille.

L’histoire du deuxième roman se situe à la fin de la saison 2 pendant les fêtes de fin d’année. Après une période d’accalmie, le shérif souhaite profiter de ce premier Noël avec celle qui est désormais sa fille adoptive, et avec qui il vit dans une pittoresque maison au fond des bois afin de la cacher aux yeux du monde. Mais Onze, jeune et curieuse de la vie, a d’autres projets. Malgré les protestations de Hopper, elle remonte de la cave un carton étiqueté «New York», et l’assaille de questions : pourquoi a-t-il quitté Hawkins toutes ces années avant de revenir et prendre le poste de shérif ? Pourquoi ne parle-t-il jamais de cette période de sa vie ? Hopper ne souhaite pas remuer le passé, et le fait savoir avec la délicatesse qu’on lui connait. Il finit pourtant par céder et commence l’histoire de la nuit à New York, où pour lui tout a changé… C’est l’été 1977 et le jeune policier commence sa nouvelle vie après être revenu de la guerre du Vietnam. Vivant une vie tranquille auprès de sa femme et sa fille, il décroche un poste d’enquêteur à la N.Y.P.D (New York Police Department). Pour lui, tout va pour le mieux jusqu’à une série de meurtres étranges et très ritualisés, dont l’enquête lui est rapidement retirée par le FBI. Mais bientôt, une immense panne de courant plonge la ville entière dans le noir… des ténèbres bien plus profondes que ce qu’aurait pu imaginer Hopper. Un roman passionnant qui nous permet d’en découvrir un peu plus sur le personnage à travers une enquête bien ficelée, mais également de comprendre sa peine et sa douleur d’avoir perdu sa première famille, avec le divorce de sa femme et la mort de sa fille évoquée dans la saison 1.

Le rendez-vous d’une reprise prometteuse

Si le programme reste tellement fascinant après trois saisons, il faut bien l’admettre, la série a su habilement mêler la nostalgie d’une époque enchantée avec une narration captivante et originale. La première partie de la saison 4 de Stranger Things est disponible sur Netflix et celle-ci promet d’apporter de nombreuses réponses à toutes les questions que vous vous posiez à la fin de la saison 3.

Banner Content
Spécialité(s) :

Rédacteur en chef adjoint à Geek Magazine, Responsable de publication web pour Geektribes.fr, également spécialiste Littérature, séries, cinéma, pop culture, Jeux de Rôles, jeux de sociétés (et figurines), high-tech, réseaux sociaux community manager.

Commentaires

Geek Tribes