4 Déc, 2021

Plaid à carreaux, guimauve et chocolat chaud, on a des envies de cocooning à l’approche de Noël. Quoi de mieux pour parfaire l’ambiance que de regarder des films de Noël ?

INTRODUCTION : AUX ORIGINES DU FILM DE NOEL 

Ce qu’il faut savoir, c’est que l’Histoire du film de Noël est étroitement liée à celle du cinéma. Alors que l’invention du cinématographe par les frères Lumière ne date que de 1895, le premier film de Noël voit le jour pour sa part, à peine trois ans plus tard.

En effet, c’est en 1898 que George Albert Smith réalise Santa Claus. A l’instar de George Méliès, ce réalisateur se montre innovant dans les effets spéciaux et le montage de ses films. C’est un pionnier dans l’usage des gros plans mais également dans la mise en scène d’actions parallèles sur un même écran. 

Santa Claus, George Albert Smith, 1898

 

Ce film, incroyablement sophistiqué pour l’époque, met en scène deux jeunes enfants attendant la venue du Père Noël qui vient leur déposer des jouets au pied du sapin pendant leur sommeil. 

Rien d’étonnant à ce que ce phénomène naisse chez nos voisins britanniques lorsque l’on sait qu’au XIXème siècle, la publication de christmas story est très en vogue depuis 1843, date à laquelle Charles Dickens voit son célèbre conte Un chant de Noël être publié. 

 

Un Chant de Noël, Charles Dickens, 1848

 

De Santa Clause naît une longue tradition à l’échelle mondiale : celle du film Noël.

ESPRIT DE NOËL, ESPRIT DE NOËL, ES-TU LA ?

 

Le phénomène n’aura pas échappé à Netflix qui se fait le champion des productions  dont le scénario est encore plus sucré qu’une bûche de Noël. Des productions oubliables mais que le spectateur français consomme allègrement. 

 

Dans un article intitulé Où est l’esprit de Noël de la pop-culture française ?, Marie Desgré s’interroge sur la prépondérance des christmas movies anglo-américains dans les foyers français. Elle y questionne le rapport des Français à l’esprit de Noël qui semble bien différent de celui des Américains. 

 

Bien que dès le début du mois de décembre, les chaînes de télévision françaises diffusent massivement des téléfilms et des films reprenant la thématique de cette fête de fin d’année, ces productions demeurent principalement étrangères. 

 

Les quelques réalisations françaises que l’on peut citer telles que Le Père Noël est une ordure, commencent à dater. Selon une étude réalisée par Lucie Rondeau du Noyer et Nathanaël Travier visant à déterminer notamment quel est le film de Noël préféré de chaque pays européen, il s’avère que ce film, réalisé en 1982, demeure le plus regardé par les Français.  

 

Dans une approche géopolitique de Noël, un phénomène transparaît : la domination du cinéma américain dans la consommation audiovisuelle des Européens. 

 

Source : https://legrandcontinent.eu/fr/2018/12/21/geopolitique-du-film-de-noel/

 

Un film qui détonne par sa grande popularité : Maman, j’ai raté l’avion de Chris Columbus qui semble avoir fait du film de Noël l’une de ses spécialités. Si vous avez envie de vous manger une bonne dose de nostalgie en plus de vos biscuits à la cannelle, c’est du côté de sa filmographie qu’il faut regarder.

LES GREMLINS : DES MONSTRES VERTS “SAPIN”

 

Si c’est Joe Dante qui s’occupe de la réalisation de ce film culte, le scénario est bien de Chris Columbus. Dans ce film à l’humour parfois assez trash -c’est le premier film classé PG-13, nous suivons les aventures de Billy qui reçoit pour cadeau de Noël une adorable créature -un mogwaï- appelée Guizmo. 

 

La suite de l’histoire, vous la connaissez : les doubles maléfiques de Guizmo se métamorphosent en Gremlins, des créatures à la peau de reptile et aux dents acérées qui vont donner lieu à de multiples scènes à l’humour noir. 

 

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’à la base, le scénario de Chris Columbus aurait dû être bien plus trash encore et que l’adorable Guizmo aurait dû lui-même se changer en monstre. C’est Steven Spielberg qui, pour des raisons économiques (oh, les beaux goodies) et de besoin d’identification du spectateur à un personnage résolument gentil, qui va adoucir le contenu du film. 

 

Les Gremlins, Joe Dante, 1984

MAMAN J AI RATE L AVION : POUR REUSSIR SON NOEL 

 

Saviez-vous que ce film réalisé par Chris Columbus est une véritable institution en Pologne ? La raison de cet amour réside notamment dans le fait qu’il s’agisse du premier film occidental diffusé après la chute du régime communiste. L’imagerie américaine séduit immédiatement les jeunes Polonais jusqu’alors victimes du Rideau de Fer : Macaulay Culkin et sa petite bouille blonde se sont faits les ambassadeurs d’un monde nouveau pour le peuple polonais….A tel point qu’en 2010, lorsque la chaîne détenant les droits du film a annoncé ne pas vouloir le diffuser, les Polonais se sont mobilisés en masse à travers des appels téléphoniques, des groupes Facebook et même une pétition afin de militer contre cette décision injuste. Parce qu’un Noël sans le petit Kevin McCallister qui loupe son avion et qui torture des cambrioleurs, ce n’est pas vraiment Noël. 

 

Home Alone, Chris Columbus, 1990

HARRY POTTER : LA MAGIE DE NOEL 

 

Également réalisé par Chris Columbus, ce premier film de la saga Harry Potter nous offre une plongée dans le monde merveilleux de J. K. Rowling. Une retombée en enfance renforcée par les sublimes décors d’un Poudlard enneigé lors des vacances de Noël, tellement de nostalgie à la vue de Harry et Ron qui portent des pulls tricotés hideux et qui jouent aux échecs.

CONCLUSION 

 

Le génie de Chris Columbus réside dans sa vision de l’enfance et l’ambiance feel good qui se dégage de ses films. Que cela soit en compagnie du  petit Kévin ou de Harry, on se laisse porter le temps d’un film par l’émotion et l’insouciance de ces œuvres. 

 On aurait pu citer les récentes Chroniques de Noël qu’il a co-produit mais qui marquera sans doute moins les esprits que les œuvres cinématographiques que nous avons évoquées ici.

En attendant cette fête familiale, nous vous souhaitons à tous et toutes un agréable hiver rempli de films de Noël, de chocolats chauds et de délicieux biscuits.

 

Banner Content
Spécialité(s) :

JDR, Histoire, Littérature, Sociologie

Professeure en lettres et histoire, passionnée de jeux et de fromages.

Commentaires

Geek Tribes