Le retour des beaux jours éveille en moi l’envie de faire des séances ciné avec les amis en extérieur… Quel plaisir que de se mater un Marvel en sirotant une bière dans son jardin ! Pour autant, il faut souvent vite revoir ses ambitions à la baisse, puisque cela nécessite de se trimballer un attirail audiovisuel avec soi.

C’est là qu’intervient la gamme des projecteurs LED portables, notamment le dernier bébé sorti des usines Phillips Projection : le PicoPix MaxTV, une version plus élaborée et moins compacte que son prédécesseur de 2020, le PicoPix Max.

Ce cube noir à l’apparence discrète, est déjà deux fois plus haut que le premier modèle. Il embarque un système sonore plus étoffé ,et son interface AndroïdTV supporte nativement les programmes de streaming les plus utilisés (Netflix, Amazon Prime Video, Youtube). Sa batterie intégrée permet de le rendre totalement indépendant de toute source d’alimentation.

Il offre une résolution simulée Full HD (1920×1080), est compatible 4K ,et supporte les signaux UHD HDR 4K à 60hz.

Sa source lumineuse, capable de délivrer 900 lumens, lui permet aussi d’afficher un Gamut plus étendu que celui de la Haute Définition , et surtout d’offrir une durée de vie de 30 000 heures. Elle est également peu gourmande en énergie.

L’engin dispose d’une batterie interne annoncée avec une autonomie de 4 heures en mode super économique. Autres avantages de l’utilisation de LED, ceux-ci supportent des allumages/extinctions sans précaution particulière, sont moins difficiles à refroidir que les lampes incandescentes et le bruit de fonctionnement du vidéoprojecteur peut être réduit !

Ce modèle intègre un système sonore avec deux haut-parleurs de 2 × 12 Watts, le Wifi, un lecteur de médias, le Bluetooth, et il peut être connecté à un téléphone portable ou à votre tablette. Il est également compatible AirPlay.

En terme de poids, ce petit bloc pèse 1,96 kg pour des dimensions suivantes (155 × 150 × 120 mm). Son bloc optique d’un rapport de projection de 1,21:1 dispose d’une gestion électrique et automatisée du focus. Pour donner un ordre d’idée pour obtenir une image de 2m50 de base, il faut placer le projecteur à 3 mètres de l’écran.

Tout les ajustements de caméra sont fait par IA, et un capteur de luminosité accommode l’image en fonction de la quantité de lumière présente dans la pièce.

L’OS , basé sur AndroïdTV, dispose de fonctionnalités Chromecast, en plus d’être compatible avec Google Assistant. Le projecteur peut se connecter au réseau via le Wifi, et est compatible Bluetooth 5.0, AirPlay, Miracast. Sa connectique comprend un port USB 2.0, un port USB-C , une prise casque, une sortie numérique optique et une HDMI 2.0.

Contrairement à ce que laisse penser sa résolution minime, le projecteur supporte les signaux 4K HDR mais n’est en revanche pas compatible 3D.

Sa télécommande se synchronise en Bluetooth, mais ne dispose pas d’éclairage.

Pour régler le projecteur, les options ne changent pas de ce qu’on connaît : « contraste, luminosité, teinte, saturation et netteté ». Trois températures différentes sont disponibles, « froide, standard ou chaude », avec une option utilisateur permettant de régler l’échelle de gris de manière globale sans séparation de Gain ou de Bias.

Pour gérer la luminosité, vous avez accès à quatre niveaux de puissance des LED « présentation, standard, économie ou super économie ».

Malgré une interface AndroidTv classique pour les options SmartTV, ce qui fait la grande force de ce projecteur, ce sont surtout toutes les applications de streaming intégrées sans restrictions, y compris Netflix.

Bruit de fonctionnement et qualité du système sonore intégré :

Après mesure du niveau sonore de la ventilation du projecteur dans les 4 modes de puissance des LED :

Les résultats du plus puissant au plus faible s’échelonnent de 37,2 dB au plus fort à 35,1 dB au plus faible (37,2 dB mode présentation, 36,3 dB mode standard, 35,5 dB en mode économique et 35,1 dB super économique).

Loin d’être donc silencieux, il reste clairement dans les clous pour la gamme eco du marché. Les hauts parleurs intégrés offre un rendu époustouflant, permettant aisément de se passer d’enceinte en palliatif !

Réglages :

Pour régler le projecteur, les options ne changent pas de ce qu’on connaît : « contraste, luminosité, teinte, saturation et netteté ». Trois températures différentes sont disponibles, « froide, standard ou chaude », avec une option utilisateur permettant de régler l’échelle de gris de manière globale sans séparation de Gain ou de Bias.

Pour gérer la luminosité, vous avez accès à quatre niveaux de puissance des LED « présentation, standard, économie ou super économie ».

Consommation électrique et autonomie de la batterie intégrée :

Dans son mode le plus lumineux, il n’a besoin que de 43,4W à pleine puissance, 24,6 W en mode standard, 20,4W en mode économique et 17,3 W dans le mode super économique.

L’autonomie de la batterie dépend bien sûr de la puissance des LED. Les 4 heures d’autonomie sont atteintes dans le mode super économique, mais à pleine puissance de LED il faudra se contenter d’une petite heure.

Fluidité :

Comme beaucoup de projecteurs DLP, le Philips PicoPix MaxTV transforme tous les signaux entrants en 60hz et cela entraîne la présence de judder. Le judder, c’est ce qui entraîne la déformation de l’image dès que l’on regarde un film présentant des travelling de caméra prononcés…

Gaming :

Vous aimez jouer en ligne et craignez le lag ? Rassurez vous, l’appareil dispose justement d’une fonction d’input lag intégré dans le mode jeu. Ce réglage permet de réduire un retard à l’affichage important et de le faire passer de 158,1 ms à 27,7 ms, ce qui offre un rendu plus confortable durant sa game de League Of Legends (même si ça n’empêchera pas que vous restiez mauvais, soyons honnêtes)

Colorimétrie et Gamma :

Même si de base, l’appareil offre peu d’options de réglages, le rendu de couleurs de l’appareil est naturellement propre (entre 6200 et 6300K pour la température). Sinon, ne vous embêtez pas et restez en mode standard pour un rendu équilibré.

Luminosité et contraste :

Pour le coup, il ne faudra pas espérer un rendu ultra lumineux en pleine journée, soyons réalistes, surtout qu’après calibrage on tourne plutôt vers 630 lumens pour projeter une image de 2 mètres et demi au format 16/9, et 2 mètres pour de la 4K. Pareil côté contraste, avec un rendu faiblard similaire aux modèles LED concurrents, à cause des petites puces DMD. Cependant, gardez à l’esprit que le rendu d’un projecteur LED reste plus lumineux que sur un modèle à lampe classique !

Rest malheureusement une balance des noirs trop légère, qui tend plutôt, comme la majorité des modèles du marché, à tirer vers le gris… On peut cependant leur pardonner, vu l’ambition derrière de proposer une expérience cinéma dans un si petit boîtier.

En conclusion :

Le Philips PicoPix MaxTV, malgré sa petite taille, en a clairement sous le capot. Même si ça pêche par certains aspects, il faut rester réaliste vis à vis des contraintes technologiques actuelles(tout en sachant qu’actuellement, ce projecteur LED reste l’un des meilleurs sur le marché dans sa catégorie) et rester concentré sur son point fort ultime : sa portabilité. En effet, il suffit de le poser face à une surface blanche et de l’allumer. C’est tout. Le haut parleur intégré envoie suffisamment pour se passer d’une enceinte d’un fatras de connectiques supplémentaires, et offre l’expérience demandée : pouvoir se regarder un blockbuster n’importe où, n’importe quand.

Le Philips PicoPix MaxTV est disponible depuis fin novembre 2021 au prix de 899€.

Banner Content
Spécialité(s) :

Littérature SFFF, Jeux Vidéos, Cinéma, Mangas,Comics, Cinéma

Amateur de littérature fantastique du XXème siècle comme de mangas cyberpunk. Photographe par passion, lecteur de comics, cinéphile en herbe et grand buveur de café.

Commentaires

Geek Tribes