Si la trilogie Matrix a failli vous rendre fou, ce nouvel opus ne devrait pas arranger les choses. Suite ? Remake ? Reboot ? Lana Wachowski brouille les pistes, et notre cerveau commence déjà à surchauffer.

Enter the Matrix

Like a splinter in your mind

Matrix n’en finit plus d’alimenter les analyses. Sorti en 1999, juste avant l’entrée dans le nouveau millénaire (qui techniquement, a en fait eu lieu en 2001), on peut dire que le film des frères Wachowski était visionnaire. Effacement du réel au profit d’un monde virtuel inspiré des travaux du philosophe Baudrillard (Simulacres & Simulations), lutte éperdue contre un système de contrôle des masses déshumanisant… Matrix annonçait les dérives des sociétés urbaines contemporaines, à la manière d’un Fight Club, mais n’aura finalement rien changé à leur évolution. Plus de vingt ans ont passé. Matrix est devenu une trilogie, peut-être trop sophistiquée pour être suivie par le grand public. Les frères Wachowski se sont ensuite perdus dans un cinéma expérimental à l’esthétique kitch, et l’on ne savait plus trop bien quoi penser d’eux. Génies incompris ? Imposteurs ? Sans cesse réévalué, leur travail semble aujourd’hui plus profond qu’il en a l’air, derrière ses apparences de fan-made friqué imaginé par des geeks adulescents.

Introspection virtuelle

Hosanna !

Tout cela pour en venir à Matrix Resurrections. Un titre très “christique”, dans la lignée de l’analogie entre Néo et le messie. Ce nouvel épisode, réalisé par l’un des Wachowski (devenu femme entretemps), prolonge l’histoire de Néo. Prolonge ou renouvelle ? Là est toute la question. Un premier trailer, complété par un teaser récemment diffusé, ne fait que semer la confusion. Matrix a toujours joué sur l’effet de cycle, la remise à zéro d’un système remplacé par un autre, ajusté selon les variantes rencontrées et considérées comme des “virus utiles” (Néo, la rébellion…). Or cette énigmatique bande-annonce nous présente une nouvelle Matrice en plein reset annoncée par un chat noir, où le “lever de Soleil” de l’épilogue de Matrix Révolutions est pris en compte et “dore” à présent une image jadis froide aux tons verdâtres.

Ce rêve bleu

Matrix 4.0

Tout commence dans le cabinet d’un psy, passage obligé au sein d’une société devenue folle. En fond musical, une chanson de Jefferson Airplane, White Rabbit (dont les paroles nous en disent beaucoup sur les intentions de la réal’). Nous découvrons un Néo visiblement confus, à la vie pépère, terne, sans enjeux. Autrement dit, un homme occidental moderne. La séance d’introspection, sans doute destinée à lui faire admettre que la société n’est pas le problème, mais qu’il est le problème, débute. La psychiatrie, outil de la Matrice pour nous faire avaler la pilule bleue, le médoc censé nous maintenir dans l’illusion ? Le message semble assez clair, Wachowski “chargeant” le psy de teintes bleues et son cabinet de livres destinés aux programmeurs d’univers virtuels (dont Blank Slate, si ça vous intéresse). Le trailer est d’ailleurs rempli de petites pilules bleues avalées en masse, dont le surdosage ne suffit visiblement pas à maintenir Néo dans la virtualité. Étrange Néo, qui a subi le passage des ans dans la matrice (contrairement à Morphéus, qui lui a… rajeuni !), et que l’on voit un instant devant un miroir sous une autre apparence plus… lambda. Néo, avatar du spectateur ? Alors même que Keanu Reeves à prêté son image au jeu Cyberpunk 2077 ? N’incarne-t-il pas, au fond, la projection fantasmée d’un public geek dans la Matrice (l’écran de cinéma) ?

Un plan 100% japanime que n'aurait pas renié Kawajiri (Ninja Scroll)

Through the Looking-Glass

On le voit, ce nouveau Matrix nous prépare de longues séances d’interprétations. Que penser de ces nombreux effets-miroir, déjà présents dans le premier Matrix et maintenant accentués par les écrans des portables qui nous renvoient notre propre image/ego ? De cette mise en abîme évoquée lors d’une diffusion du premier Matrix en arrière-plan ? Le nouveau teaser nous suggérant une relecture de chaque plan du premier film, faut-il comprendre que Néo est appelé à revivre une nouvelle fois les mêmes étapes de son parcours initiatique ? “Il n’y a rien à faire contre le système…” semble nous dire Lana Wachowski, “… il se répète et se prolonge sans opposition possible“. Pourtant, le vieillissement de Néo et Trinity apporte un nouvel élément, comme une sorte de sagesse acquise permettant une certaine lucidité sur les choses… Encore une autre mise en abîme, Keanu Reeves ayant clairement gagné en maturité, vu l’expérience acquise visible dans son jeu. Pourtant, les personnages semblent amnésiques, plongés dans les limbes, en attente du “wake up !” braillé à la fin du premier film…

Quand Matrix 4 diffuse Matrix 1, sortez les Dolipranes.

Et si Mickey était l'Architecte ?

Mais au fond, tout cela ne serait-il pas une satire, une farce, comme le laisse suggérer le ton du trailer, pour se moquer de Disney/Marvel et de son MCU, de ses Star Wars et autres reboots/remakes/préquelles qui ne font que répéter la même histoire ? Ca y est, je perds le nord ! En attendant, amusez-vous à décortiquer le nouveau teaser image par image, je vous promets quelques belles surprises (the Merovingian is back !).

La trilogie Matrix en Blu-ray dispo ICI.

Banner Content
Tags: , ,
Auteur pour plusieurs gammes de jeux de rôle (Wasteland, les Ombres d'Esteren) et Scénariste/Rédacteur pour Jeux de Rôle Magazine.

Sujets similaires

Commentaires

Geek Tribes