27 Juin, 2019

Qui aurait pu croire que l’adaptation de ce dessin animé pour enfants pourrait paraitre si excitante ? Posons quelques pistes pour voir comment.

En fin de semaine dernière, la bande annonce de Dora l’exploratrice est arrivée sur nos écrans, et je défie quiconque de me dire que c’est exactement ce qu’il imaginait quand on a entendu dire il y a quelque temps que cette série animée se verrait adaptée en long métrage. Un résultat pour le moins surprenant qui montre le pouvoir de la culture populaire.

En effet, comment faire d’une petite fille qui découvre le monde et permet d’aborder la question des langues étrangères avec un singe pour compagnon ? Si on lui donnait les attributs d’une jeune Lara Croft, qui aurait grandi dans la jungle, et qui sera confrontée à d’autres enfants plus « normaux », avant de la re-balancer avec eux dans une grande aventure ? On reprend nos classiques des parents qui veulent protéger leur enfant en l’éloignant du danger, puis la quête pour retrouver ces parents, tout en découvrant un fabuleux trésor, convoité par une bande malfrats sans scrupules.

Finalement, en créant une mythologie classique autour du personnage, on parvient à en extraire une histoire grand publique, qui gardera les fondamentaux du dessin animé, sans pour autant devoir être parfaitement fidèle à celui-ci. On en revient à une question qui se pose souvent : Y a-t-il une recette à suivre pour faire des histoires palpitantes ? Oui et non. Beaucoup d’histoires de ce type utilisent des archétypes pour créer les personnages et les situations, et il reste ensuite une infinité de combinaisons, qui permettront de fabriquer de nouvelles histoires avec des ingrédients de bases.

Reste le jeu des acteurs, la mise en scène, et autres éléments pour faire de chaque histoire un moment unique. Et pourtant, on peut craindre que pour satisfaire le public, on utilise les archétypes qui fonctionnent le mieux, et qui, malgré les différences que l’on pourra apporter par la suite pour différencier chaque histoire, ne permettront pas de faire systématiquement une histoire originale. C’est ce qui a été reproché à plusieurs films récents, accusés de faire du fan service à outrance, en ne s’éloignant pas suffisamment du carcan de la mythologie initiale… Vous voyez de quoi je parle ?

C’est ce qui fait de Dora l’exploratrice un film d’ores et déjà intéressant, quelle que soit sa réussite, si l’on veut analyser la manière dont sont produites les histoires liées à la culture populaire. Reste à savoir si le film apportera une véritable histoire, ou s’il ne fera que ressasser des clichés véhiculés par une foule de films d’aventures sortis du même moule. Verdict le 14 août prochain !

Banner Content
Spécialité(s) :

Science-fiction - cinéma - littérature

Auteur de récits de science-fiction et d'aventure, Sylvain Nawrocki surveille essentiellement les actualités technologie, cinéma et littérature. Vous pouvez retrouver ses récits sur Amazon et quelques nouvelles sur son site : www.memoires-des-titans.fr

Commentaires

Geek Tribes