27 Jan, 2022

Un archipel aux faux airs japonais, partagé entre le fer et la soie mais aussi entre complots et merveilles. Quelle est cette terre où sous les arbres en fleurs reposent aussi bien samurai que yokaï ?

L’Empire des Cerisiers est un jeu de rôle écrit par Olivier Sanfilippo, paru en 2019, aux éditions Arkhane Asylum. Seul jeu de production française publié par la maison d’édition, cette œuvre ludique teintée de rose pâle a rencontré un succès fulgurant auprès du public. 

Est-ce pour son cadre exotique évoquant un Japon médiéval teinté de fantastique ? Est-ce pour les magnifiques illustrations et cartes d’Olivier Sanfilippo ? Ou bien pour son système simple et accessible ? Il y a un peu de tout cela, sans doute.

Couverture du livre de base.

ENTRE LE FER ET LA SOIE

 

L’Empire des Cerisiers nous propose un cadre dépaysant évoquant un Japon médiéval, à quelques différences près. Il n’en reprend pas la géographie exacte et la mythologie nippone y est bien réelle. Cet archipel mystérieux est en effet dirigé par un Empereur immortel et inaccessible, reclus dans un palais où se murmurent les secrets les plus sombres et inavouables.

Le reste du territoire est dirigé par des daimyo dont l’influence se fait de plus en plus forte lorsqu’on s’éloigne du pouvoir impérial. C’est donc dans une société directement inspirée de la féodalité nippone que vos personnages évolueront, partagés entre un rude quotidien et un merveilleux qui peut à tout moment faire irruption au cours de votre aventure. 

Qu’il s’agisse simplement de croiser la route ou bien de croiser le fer avec un kappa ou un kitsune -que vous pouvez tout aussi bien incarner, le jeu vous propose un véritable voyage dans une terre imaginaire, pétrie par les croyances populaires nippones. 

ENTRE ROSE ET NOIR

 

Cette exploration fictive est sublimée par les magnifiques illustrations d’Olivier Sanfilippo, dans un camaïeu de couleurs pastels mais aussi dans des dessins plus épurés, en noir et blanc. Ce dépaysement est renforcé par un magnifique objet livre évoquant les nara-ehon, ces codex manuscrits de format parfois oblongs. Ce format dit à l’italienne de nos jours, met tout à fait en valeur les scènes peintes par l’auteur/illustrateur qui nous propose également moult aides de jeux (cartes, plans).

 

Plusieurs suppléments sont également disponibles permettant d’explorer plus en avant certains lieux de l’Empire des Cerisiers. A noter la couverture noire du supplément dédié au monde des morts. Dans une mise en abyme plaisante, ces divers objets livres viennent souligner les tensions qui existent dans l’Empire des Cerisiers, partagé entre le merveilleux, le féerique et l’obscur monde des morts où règne Izanami, la terrible déesse. 

 

Illustration d’Olivier Sanfilippo

UN SYSTÈME DE JEU TRÈS SOUPLE

 

La création de personnage est extrêmement rapide et intuitive. Il suffit de choisir un concept de personnage dont on va traduire les compétences à travers deux champs principaux. Dans ces champs de compétences, on va choisir des spécialités cohérentes avec notre concept de personnage et dans lesquelles, tout comme dans les champs, nous allons répartir des points de compétence.  

 

Afin de donner un peu de profondeur au personnage, on a dans le système de jeu ce qu’on appelle les voies et les aspects. La voie, c’est en quelque sorte la philosophie du personnage, sa manière de penser. La voie mais aussi l’aspect du personnage procurent des bonus au jet de dés notamment lorsqu’il s’agit, par exemple,  d’impliquer la volonté de ce-dernier, sa force mentale.

 

Des bonus et des malus peuvent être également octroyés en fonction des avantages et désavantages choisis par le joueur lors de la création du personnage. Une liste est proposée dans le livre de base mais le joueur est libre d’en proposer d’autres afin d’affiner la personnalité de son personnage comme il le désire. 

 

En effet, on l’aura compris, on est sur un système de jeu souple, aéré, qui laisse toute la place au joueur afin qu’il puisse s’approprier un univers très riche. Avec ce système de jeu, nous pouvons simuler aussi bien des aventures épiques que plus poétiques.

 

Illustration d’Olivier Sanfilippo

CONCLUSION

 

En conclusion, l’Empire des Cerisiers est un jeu de rôle à la fois accessible et poétique. La force de ce jeu réside également dans la richesse de son univers, la générosité de ses aides de jeu et de magnifiques scénarios aux thématiques touchantes et profondes telles que l’environnement et la nature humaine.

Actuellement, Olivier Sanfilippo est en travail sur un nouveau supplément pour l’Empire des Cerisiers, nous avons hâte d’en découvrir plus, sous son pinceau et sa plume, sur ces contrées enchantées.

 

Pour en savoir plus, vous pouvez aussi visionner cette vidéo !

Banner Content
Spécialité(s) :

JDR, Histoire, Littérature, Sociologie

Professeure en lettres et histoire, passionnée de jeux et de fromages.

Commentaires

Geek Tribes