3 Août, 2021

Depuis quelques années, le marché des écouteurs a explosé. Avec ou sans fil, intra-auriculaire ou extra-auriculaire, il en faut pour tous les goûts et pour toutes les bourses. À défaut de faire le tour de la question, j’ai pu tester au fil des années un certain nombre de casques, et compare ici deux produits de gammes différentes chez Skullcandy.

Skullcandy

En 2003, la marque Skullcandy a débarqué avec des casques aux designs très variés, et une explosion de couleurs qui en ont fait un véritable succès auprès de la jeunesse et particulièrement les amateurs de sports de glisse urbaine comme en pleine nature. Outre leurs coloris parfois osés, les produits Skullcandy sont reconnaissables au crâne stylisé qui auparavant s’affichait sur toute la surface des écouteurs, et qui se fait plus discret avec les années. Mais que valent vraiment ces casques et à qui sont-ils destinés ?

Les deux casques qui nous intéressent aujourd’hui sont l’ANC Crusher et le l’ANC Hesh, « ANC » signifiant Active Noise Cancelation soit réduction active du bruit. On dira réduction plus qu’annulation comme le voudrait la traduction mot à mot, car il n’est jamais vraiment question de suppression totale, mais d’une diminution significative. C’est d’ailleurs par là que nous allons commencer, puisque c’est une option de plus en plus recherchée par les consommateurs, et qui est naturellement mise en avant par de nombreuses marques.

ANC Hesh

La réduction de bruit

Un casque qui se présente avec cette option va implicitement écarter les audiophiles qui opteront plutôt pour des casques restituant avec précision le son original. En effet, en ajoutant une couche de fréquences censées diminuer les bruits ambiants, on ne peut que dénaturer le signal de la musique que l’on écoute. Pourtant, en se concentrant sur certaines fréquences, on arrive à un équilibre qui permet de profiter de sa musique ou tout autre contenu sans perturbations majeures, et c’est tout le pari de ces casques qui nous isolent de notre environnement. En l’occurrence, la suppression de bruit proposée par Skullcandy, sans être la plus efficace du marché, est tout à fait honnête.

Et l’équilibre n’est pas aisé à trouver. Lorsque la réduction du bruit est trop forte, elle peut créer une surpression qui incommodera les plus sensibles, et lorsqu’elle ne l’est pas assez… c’est juste dommage. Skullcandy s’en sort avec un compromis qui diffère selon les modèles. La différence est subtile, mais on notera sur l’ANC Crusher une réduction accentuée sur des fréquences majoritairement plus hautes que sur l’ANC Hesh. Clarifions par un exemple pratique : en ville, les bruits de circulation vont être assez graves, et quand on sort, l’ANC Hesh se montre plus performant, mais lorsque l’on est confronté à des bruits de souffleries, comme dans des salles de serveur, c’est l’ANC Crusher qui se montrera le plus efficace. Bien sûr, c’est aussi une question de sensibilité, et si vous êtes confronté à deux situations similaires, les deux vous débarrasseront déjà d’une partie des bruits parasites, mais selon votre utilisation, c’est un élément qui peut compter. Dans les deux cas, alors que d’autres marques ont réussi à l’éviter, on entendra un léger souffle qui résulte de la réduction de bruit. Souffle qui s’évanouit malgré tout assez rapidement lorsque l’on joue de la musique.

ANC Hesh

La qualité de fabrication

Même si les deux casques sont honnêtes pour leur prix, ils ont chacun des avantages et inconvénients propres. Clairement, l’ANC Crusher montre une qualité de plastique supérieure, et est un peu plus lourd avec 308 grammes, contre 263 grammes pour l’ANC Hesh. J’ai pourtant été surpris par les boutons de l’ANC Crusher, que je trouve un peu « cheap » pour la gamme, et je les trouve plus agréables sur l’ANC Hesh. Notons que l’ANC Crusher arrive avec une sacoche rigide plus élaborée, mais un peu plus encombrante, alors que l’on trouve l’ANC Hesh dans une simple poche. Encore une fois, tout est affaire de goût. En outre, l’intérieur de l’ANC Crusher est aussi plus développé. Il permet notamment grâce à une application dédiée de s’adapter à l’ouïe de son utilisateur en faisant un rapide diagnostic en fonction des fréquences.

Le confort

En termes de confort, il y a aussi des nuances, et elles sont encore plus subtiles, et plus encore liées aux morphologies de chacun. Les amortis de l’ANC Crusher sont légèrement plus confortables, et les écouteurs serrent moins la tête que l’ANC Hesh. Néanmoins, les écouteurs de l’ANC Hesh sont légèrement plus profonds, et laisseront plus d’espace pour ceux dont les cartilages d’oreilles pourraient être fragiles. Pour les porteurs de lunettes, en revanche, il n’y a pas vraiment de solution, dans le sens où l’un comme l’autre auront tendance à plaquer les branches, ce qui peut être fatigant à la longue. Encore une fois, il s’agit d’une question de sensibilité, et si vous savez que vous n’êtes pas sensibles de ce côté-là, alors vous n’avez aucun souci à vous faire.

L’isolation naturelle 

Outre la réduction active de bruit, l’isolation naturellement produite par les coussinets est relativement équivalente sur les deux modèles, de même que la restitution du son tout système éteint. Car oui, le casque peut fonctionner en filaire tandis que le casque est éteint. Vous aurez alors une restitution directe sans réduction de bruit, ou augmentation. Là encore, on n’atteint pas une qualité audiophile, mais tout à fait correcte pour une utilisation au quotidien. D’ailleurs, on a parlé de réduction active de bruit, mais on n’a pas encore abordé le mode « ambiant ».

ANC Crusher

Le mode ambiant

Il s’agit là de l’exact opposé du mode réduction, et qui fonctionne pourtant à peu près de la même manière. La réduction de bruit utilise des micros externes, qui en analysant l’ambiance proche, permet d’envoyer un signal opposé pour la contrer. Mais rien n’empêche au contraire de restituer cette ambiance pour lui permettre de passer au-delà des coussinets, comme si l’on ne portait pas de casque. Illustrons encore par des exemples pratiques. L’ANC Crusher et l’ANC Hesh se positionnent comme des compagnons polyvalents, ce qui signifie que l’on doit pouvoir les utiliser pour faire son jogging, et même si certains voudront s’isoler totalement de leur environnement pour cette saine occupation, d’autres apprécieront le mode ambiant pour entendre ce qui se passe autour d’eux, notamment s’ils courent en ville, et qu’ils ne veulent pas être surpris par une voiture qui déboule à côté d’eux. En l’occurrence, je l’utilise surtout lors de parties d’échecs en visioconférence avec un ami. Pendant nos parties, il m’arrive de passer des disques, et le mode ambiant m’a permis de ne pas dépasser les limites de la courtoisie avec mes voisins, et profiter de la musique autant que mon ami, comme si je l’écoutais sans avoir le casque sur les oreilles. Honnêtement, l’effet est impressionnant, et pour le coup, très similaire d’un modèle à l’autre. On pourrait ajouter à cette partie du test un élément qui n’apparait que sur l’ANC Crusher : l’amplification haptique des basses fréquences. Après l’avoir expérimenté plusieurs fois, cette option me parait personnellement dispensable, mais pourrait séduire certains utilisateurs, en retranscrivant à l’intérieur même des coussinets la sensation des basses. 

Ces fameux micros externes…

Dans un cas comme dans l’autre, je dois avouer qu’un point de détail me chiffonne. Je ne comprends pas précisément à quoi c’est dû, car je n’ai pas rencontré ce problème sur d’autres marques, mais les micros externes qui permettent de capter l’ambiance à supprimer ou rehausser ont tendance à prendre le vent, et ajouter une couche de bruit parasite ponctuelle. Le fait est qu’avec de la musique, un podcast ou un livre audio, on a tendance à se laisser emporter par le sujet, mais j’espère que de prochains modèles parviendront à se débarrasser de ce point faible.

ANC Crusher

En conclusion

Les deux casques se présentent clairement comme deux produits de gammes différentes, et la qualité globale de fabrication de l’ANC Crusher ou son option haptique de retranscription des basses séduira sans doute ceux qui pourront se le permettre. De son côté, l’ANC Hesh remplit aussi parfaitement ses fonctions même s’il semble plus sobre et plus fragile. L’un comme l’autre ne sont pas exempts de défauts, et ne satisferont peut-être pas les audiophiles à la recherche d’un son parfait, mais devraient intéresser tous ceux qui cherchent un casque polyvalent.

Les prix

ANC Crusher - 229,99€
ANC Hesh - 129,99€

Banner Content
Tags: , ,
Spécialité(s) :

Science-fiction - cinéma - littérature

Auteur de récits de science-fiction et d'aventure, Sylvain Nawrocki surveille essentiellement les actualités technologie, cinéma et littérature. Vous pouvez retrouver ses récits sur Amazon et quelques nouvelles sur son site : www.memoires-des-titans.fr

Sujets similaires

Commentaires

Geek Tribes